Veste en fourrure et fard à paupières.

Samedi soir, 19h15.

Dernier wagon de la rame. Vous assise, moi debout, gesticulant assez mal à cause du manque de place pour vous cogner les pieds et me confondre en voyant votre sourire.

Par la suite, j’ai perçu votre regard à travers le reflet des vitres -technique Ô combien ancestrale du voyeurisme métropolitain!- et pour tout avouer, j’étais occupé à faire de même, sinon je ne m’en serai pas rendu compte, à l’évidence.

Arrivés à Place d’italie, je préparais mon plus joli sourire pour vous regarder une dernière fois et vous souhaiter une bonne journée en descendant, quand soudain, tout mon plan a été chamboulé lorsque vous vous êtes levée pour prendre une correspondance tout comme moi, en me gardant à l’oeil.

A chaque marche que je montais, je vous sentais derrière moi, et hélas votre présence s’est estompée lorsque nous avons chacun pris nos chemin respectifs.

J’aimais beaucoup votre style.

Une annonce publiée par un homme pour une femme le dimanche 10 janvier pour une rencontre faite le 9 janvier 2016 sur le Métro 7 à Place d'Italie.