Correspondances souterraines

J’aimerais revêtir les habits du héraut et chuchoter à l’oreille de celles qui n’ont pas abdiqué le petit texte suivant:

Si vous aussi, vous ne rencontrez que des gens tristes et mornes, casque aux oreilles et le regard perdu dans leur portables ou leur tablette dernier cri… Si vous trouvez qu’on se bouscule et s’houspille plus souvent qu’on ne se croise dans ce monde souterrain parfois nauséabond(é).

Si vous êtes lamartinienne (un seul être vous manque…) et vous éprouvez le paradoxe de la solitude dans une ville de plus de 2 millions d’habitants, arrêtez de penser que vous êtes folle…

Si votre timidité vous empêche d’aller plus loin qu’un échange de regard, si aucun regard complice ne croise le vôtre, si les sites de rencontre vous effraient par leur côté “supermarché”, ne cherchez plus!

Commencez avec moi une correspondance électronique.

Échangeons, créons une complicité virtuelle et laissons l’alchimie des mots opérer…

Osons la lenteur, l’échange, le dévoilement par les lettres!

Un jeune homme de 32 ans pas très à l’aise dans son époque, mais qui ne désespère pas de la gent féminine…

On m’a expliqué que les princesses charmantes n’existaient pas, mais une générique serait bienvenue!

Une annonce publiée par un chevalier pour une gente dame le mardi 17 mars pour une rencontre faite le 17 mars 2015 sur le Métro 2 à Blanche.